L’augmentation mammaire par implant

De nos jours, augmenter le volume de la poitrine est devenu possible à l’aide de l’implantation d’une prothèse mammaire. Devenue monnaie courante chez les stars hollywoodiennes, l’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale visant à augmenter la taille et à agrandir la forme des seins. En règle générale, différentes raisons poussent une femme à augmenter sa poitrine :

rendre les seins plus adaptés à la cambrure du corps et améliorer l’estime de soi ; récupérer le volume du sein après la grossesse et l’allaitement ;
rééquilibrer les seins asymétriques ;
ou reconstruire le contour du sein après une chirurgie d’ablation (mastectomie).

Pourquoi réaliser une augmentation mammaire ?

Devenue populaire aux États-Unis en 1990, l’augmentation mammaire implique le placement d’un implant, soit derrière le tissu mammaire ou sous le muscle de la paroi pectorale. Cette opération favorise alors le développement du tissu mammaire, ce qui rendra la poitrine beaucoup plus large. Si vous estimez que votre poitrine est plate ou à peine marquée, vous pouvez donc vous attendre à un résultat immédiat. En revanche, si le volume des seins est normalement acceptable, alors une intervention de correction de ptôse est la plus adaptée. Cette dernière s’effectue généralement via l’ablation de la peau et par l’amélioration de la glande. Dans tous les cas, l’implant d’une prothèse permet d’accroître le volume de vos seins et empêcher la chute mammaire.

Le procédé d’augmentation mammaire

Prise en charge dans un centre chirurgical, l’augmentation mammaire est généralement réalisée sous anesthésie générale. Toutefois, un examen médical de la patiente doit toujours précéder l’ensemble des opérations. Par ailleurs, une étude pré-chirurgicale permettra de déterminer la meilleure méthode d’insertion de l’implant. Des incisions chirurgicales peuvent être placées soit dans la partie supérieure de l’aisselle (transaxillaire), soit dans l’aisselle (axillaire), soit autour du mamelon (péri-aréolaire), soit à travers le pli sous le sein (mammaire). Une petite cicatrice reste parfois dans l’aisselle.

La technique chirurgicale

À travers l’incision, le chirurgien va soulever le tissu du sein et de la peau afin de créer une poche derrière le tissu mammaire ou sous le muscle de la paroi thoracique. Contrairement à la première solution, l’insertion sous la paroi thoracique permettra de donner une apparence plus naturelle aux seins, de réduire les risques de contracture capsulaire et de faciliter les opérations de mammographie ultérieures. Dans certains cas, le chirurgien insère des tubes de drainage dans la poitrine ou dans les bras afin d’éliminer le sang ou les liquides pouvant s’accumuler après l’opération. Pouvant durer jusqu’à quelques heures, l’opération d’augmentation mammaire nécessite quelques points de suture qui seront placés sur les seins afin de fermer les incisions et de faciliter la guérison.

Les types de prothèses mammaire


Les prothèses consistent habituellement en une enveloppe souple et texturée contenant du sérum physiologique (eau) ou de l’hydrogel (polysaccharides additionnés d’eau). Aux États- Unis, l’implantation de prothèses est interdite depuis 2001, après avoir été autorisée en 1995. Toutefois, elle peut être réalisée dans la majorité des pays européens, puisque les nouvelles prothèses sont beaucoup plus solides et moins nocives. Néanmoins, la prothèse en sérum physiologique est privilégiée au détriment de l’implant hydrogel.

A lire également

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.